Un confinement créatif et solidaire

Le confinement rimant avec créativité, solidarité et travail acharné chez EDS !

Qui a dit que confinement rimait avec ennui et dépression? En tout cas, pas chez nous à EDS! Au contraire pour nous c’est plus une période marquée par la créativité, la solidarité et le travail acharné !

En effet, notre montée d’inspiration, nous la lui devons. Depuis plus d’une vingtaine d’année d’existence de l’association, nous n’avions jamais eu la brillante idée de produire nous-même la source d’énergie que nous utilisons le plus dans chacun de nos foyers : LE CHARBON. Le village d’Antsirabe remporte alors le prix de la créativité pour ce trimestre. Tout le monde : éducateurs, jeunes, enfants, tous se sont mobilisés pour fabriquer des charbons économiques. Effectivement, si nous devons être menacés par une crise économique imminente et violente à cause de cette pandémie, quoi de mieux que de voter pour des mesures économiques. Quatre sacs de terre noire, un sac de son de riz, deux paniers de pailles, un sac de poudre de charbon, une boîte GM de papier usé ont servi de matières premières pour réaliser ces combustibles. Des choses simples et courantes ayant donné naissance à trois sacs de charbons qui ont cuit pendant toute une semaine, une belle victoire, une grande fierté et une belle épreuve de patience pour l’équipe d’Antsirabe.
La réussite de cette belle initiative permettra au projet de s’étendre dans les foyers externes comme les CAT et les Foyers des Grands de Tananarive.

Mais ce n’est pas tout, les jeunes et les enfants d’EDS ont aussi la main pour l’art, particulièrement pour la peinture et la couture. Nous avons, grâce au talent de nos merveilleux enfants de l’atelier peinture Zanadoko, une salle d’informatique fraîchement décorée.

Les femmes du CAT de Tananarive, elles, ont donné une belle preuve de soutien en confectionnant des caches bouches. Le site de Fianarantsoa, a pour sa part, organisé des concours en ligne, histoire de renforcer la solidarité entre les deux villages du site pour cette sombre période.
Il est vrai que les deux sites d’Antsirabe et de Fianarantsoa se sont bien démarqués dans leur manière très ingénieuse d’affronter ce confinement, mais tous les villages ont bien été chargés dans leur programme durant cette période : l’entretien du jardin potager, la lecture, la danse, la télévision, les infos, le karaté, les belles et bruyantes séances de Karaoké, les fous rires du Zumba, les efforts dans le sport, les ruses dans les jeux de société et l’informatique… tout cela constitue l’occupation des jeunes et des éducateurs pendant cette période.

Quoique, confinement n’est pas synonyme de vacances donc un temps d’étude d’une heure et demie à deux heures et demie a été planifié pour les révisions.